lundi 11 mai 2015

The Walking Dead Tome 3

Titre : The Walking Dead Tome 3 Sains et saufs?
Auteurs : Robert Kirkman, Charlie Adlard
Editions : Delcourt
Conditions de lecture : Emprunt bibliothèque
Prix : 14,50 euros
Pages : 136
Genre : Comics, Horreur

Résumé :
Le monde tel que nous le connaissions a disparu. Définitivement. Rick et son groupe de survivants quittent les abords d'Atlanta en quête de l'abri qui les protégera des attaques incessantes de morts-vivants. La chance leur sourit lorsqu'ils trouvent sur leur chemin un immense pénitencier laissé à l'abandon. Du moins, le pensent-ils... car une fois les alentours nettoyés, ils rencontrent les occupants de la prison.

Encore un tome fini !  Et bien sur, c'est toujours un tome que j'ai bien aimé. 
Dans ce tome, on ne rencontre pas autant de zombies que dans les deux précédents. Mais cela n'est pas trop grave car l'histoire et les relations entre les personnages évoluent. Cela est super car on s'attache encore plus aux personnages. On se retrouve plus facilement car la psychologie est un peu plus développée.
Des rebondissements apparaissent et rythme le tome. Ca empêche de s'ennuyait car il est vrai que ce tome est bourré de dialogues. 

J'ai adoré voir comment le monde, le nouveau monde rempli de zombies, a joué sur le moral des personnages. Mais surtout comment il a joué sur leurs caractères. En effet, certains deviennent plus sombres, plus intense et c'est agréable. 
Ici, il y a de nouveaux personnages, comme dans chaque tome, qui apparaissent mais à côté de cela il y a en a d'autres qui disparaissent. Cela m'a causé de la peine car certains sont attachants et ce même si certains des personnages ont été côtoyés que très peu. Mais il y a un côté excitant, notamment par l'arrivée des nouveaux. On veut savoir qui ils sont et leur psychologie.

Donc comme dit au début, c'est un tome que j'ai vraiment aimé voir même adoré. JE souhaite continuer cette saga. Et je pense maintenant me les prendre aux Editions France Loisirs car je ne veux plus les emprunter, je souhaite les avoir à moi.

17/20